Home arrow Jobs
Jobs

«La formation numérique a fait de moi une femme orchestre»

Print E-mail

 

Oriane Raffin, diplômée 2007

 

«Diplômée de la promotion 2007 de l'Ecole de journalisme de Sciences Po, je suis désormais en CDI à 20minutes.fr après 18 mois de piges variées et très enrichissantes, notamment le suivi de la campagne électorale américaine, sur place, pendant un mois et demi.

 

A l'Ecole, la spécialisation numérique m'a permis de suivre des cours de Web, de radio et de presse écrite. Outre les nombreux stages du cursus, ma deuxième année, en contrat d'alternance au monde.fr, en tant qu'éditrice vidéo, m'a donné l'opportunité de m'imprégner de la vie en rédaction. L'aspect "pratique" de la formation m'a été très utile, faisant de moi une "femme orchestre" capable de manier aussi bien l'écrit, le son (en radio, pour France Culture), ou encore la vidéo (pour lemonde.fr ou femmeActuelle.fr ).

 

Le 117 boulevard Saint-Germain est vite devenu pour moi un lieu très accueillant et chaleureux. On y arrive le matin, on va en newsroom, on lit les journaux avant d’aller en cours, on commente l’actu autour d’un café, puis le soir, les montages vidéos et audio autour d’un sandwich. J’y ai sans doute passé plus de temps que dans mon propre appartement! »



 

«La présence de nombreux étudiants étrangers est un point fort de l'école»

Print E-mail

 

Guillaume Daret, diplômé 2008

 

 

«En arrivant à l'Ecole de Journalisme, je fondais de grands espoirs sur cette formation que j'avais préférée aux autres écoles de journalisme. Je n'ai absolument pas été déçu. Les ateliers de première année et plus particulièrement les cours de seconde année sont très professionnalisants. En arrivant sur le marché du travail, je savais donc à quoi m'attendre, je connaissais parfaitement les différents "formats" demandés dans les rédactions. Reportages, directs, présentation : nous avions travaillé tout cela à l'école avec une très forte exigence.

 

Nous sommes donc immédiatement opérationnels en arrivant sur le marché du travail ce qui est un atout considérable. Ensuite j'ai vraiment apprécié la qualité des intervenants, tous journalistes reconnus dans la profession Je crois que le journalisme est aussi un métier, une passion qui se "transmet" et les enseignants donnent vraiment l'impression de vouloir nous transmette ce savoir faire. Cela permet également de nouer des contacts très utiles quand il s'agit de chercher ensuite un emploi au sein d'une rédaction. Enfin, et c'est loin d'être négligeable: je garde un super souvenir mes deux ans à l'école. L'ambiance y était excellente.

 

La présence de nombreux étudiants étrangers est un autre point fort de l'école. Cela permet de comparer les différentes façons de traiter l'actualité, de la hiérarchiser. Nous disposons  de tous les moyens nécessaires pour nos études : postes de montages, studio télé, techniciens. Les conditions de travail sont donc parfaites. Si j'avais donc un conseil à vous donner: n'hésitez pas, intégrez l'Ecole de Journalisme de Sciences Po. »



 

«Je vis un quotidien extrêmement varié, dans la lignée de la formation de l'école»

Print E-mail

gindre

 

 

Adrien Gindre, diplômé 2007

 

 

«Deux années d’excitation, d’émulation, de découverte, quelques bons coups de stress et toute une série de franches rigolades… Ces deux années passées au 117, c’était un peu tout cela à la fois. Avec d’abord, l’apprentissage du travail en équipe, indispensable dans le métier. Avec ensuite, l’apprivoisement de nouvelles techniques, de nouveaux réflexes. Avec enfin, l’intégration progressive dans les "vraies"  rédactions.

 

En ce qui me concerne, à peine les cours à l’Ecole commencés, j’ai eu la chance de pouvoir travailler en alternance à RTL, "pour de vrai". Quelques mois plus tard, petit stage à I-Télé, un peu plus tard à TF1. Tout cela m’a conduit aujourd’hui à BFM TV, comme rédacteur-reporter. L’essentiel du travail se fait à Paris mais il faut aussi savoir et pouvoir à tout moment partir en province ou à l’étranger pour des reportages ou des directs face caméra. Un quotidien extrêmement varié, dans la droite ligne de la formation de l’Ecole, mais cette fois puissance 10».



 

«Des occasions de partir en reportage permanentes»

Print E-mail

becker

 

 

François Becker, diplômé 2008

 

 

«Je suis entré à l'Ecole de journalisme en septembre 2006. J'en garde un très bon souvenir, avec un bon mélange de théorie et de pratique et des occasions de partir en reportage permanentes (à Paris, en province et à l'étranger : Berlin, Bamako, Dubaï...).

 

En deuxième année, j'ai choisi de suivre les cours de presse écrite, avec une option agence, et de travailler en alternance à La Chaîne Parlementaire (un mois sur deux à l'école, un autre dans une rédaction, une transition en douceur entre l'Ecole et le monde du travail). 

 

J'ai été diplômé en 2008 et j'ai eu la chance de pouvoir travailler tout de suite pour l'AFP: après un petit passage à Londres, je suis rentré à Paris pour quelques mois au service économique et au service vidéo. On m'a ensuite proposé un contrat au bureau de Berlin, que je viens de terminer. J'avais envie de rester encore en Allemagne, et je travaille désormais au bureau de Francfort.»



 

«Mon quotidien ? La réalisation de sujets sur l’actualité chaude»

Print E-mail

esther

 

Esther Lefebvre, diplômée 2008

 

 

«Voilà deux ans que je suis journaliste à LCI. Mon quotidien ? La réalisation de sujets sur l’actualité chaude. International, économie, politique, faits divers… Des sujets qu’il faut régulièrement actualiser au fil de la journée. Une expérience enthousiasmante car elle permet d’apprendre réactivité, rapidité de l’écriture et montage, et surtout les thèmes abordés sont très variés!

 

Ce CDI, je pense clairement le devoir à l’Ecole de journalisme. Primo, grâce aux contacts: les professeurs du master sont souvent de bon conseil pour l’entrée dans la vie active. Et  parfois même, de futurs employeurs… Deuzio, grâce aux cours : la diversité des enseignements dispensés en spécialisation télé permet d’acquérir les bases indispensables, en magazine comme en news. Une formation intense, mais indispensable. Pour ma part, évidemment les débuts à LCI n’ont pas été tout roses, mais je pense y avoir été très bien préparée! »



 
<< Start < Prev 1 2 Next > End >>

Results 1 - 9 of 14