Accueil

Mercedes Bunz, une journaliste du 2.0

Version imprimable Suggérer par mail
par OLIVENNES Hannah et JEANTET Diane

picture_6

Mercedes Bunz, ancienne rédactrice en chef du site internet du journal berlinois Des Tagesspiegel, est depuis l'été 2009 reporter en media et technologies pour The Guardian. Spécialiste en journalisme high-tech, mais aussi détentrice d'un Master en philosophie et auteur d'une thèse : "Du stockage à la distribution, ou l'histoire d'internet". Dr. Mercedes Bunz, donc.

 

Invitée en master class à l'Ecole de Journalisme de Sciences Po pour parler du rôle des réseaux sociaux dans l’enquête journalistique, Mercedes Bunz s'est exprimée sur ces nouveaux outils dont disposent les journalistes depuis l’apparition d’Internet.

 

Prenant pour exemple le soulèvement du peuple égyptien, la journaliste qui se décrit elle-même comme une "penseuse optimiste du numérique", a salué la participation grandissante des individus dans le journalisme moderne. Une participation qui, selon Mercedes Bunz, change la fonction des journalistes.

 

>> Compte-rendu à lire ici, "live" de la conférence à revivre là >>

 

Crédit photo: Alexandre Marchand

 

  

 >> En vidéo, Mercedes Bunz explique ce qu'est la "vérité statistique" des journalistes d'aujourd'hui >>

 

De Facebook, à Twitter en passant par le crowd-sourcing

 

En 2009, la Grande-Bretagne faisait face au scandale des dépenses des députés anglais. Le site de The Guardian, toujours à l’affût des dernières technologies à exploiter, avait fait appel au crowd-sourcing. Une grande réussite. Mais Twitter et Facebook eux aussi peuvent être des outils utiles au journaliste pour un article ou une enquête.

 

Le nombre de followers et d’amis sur Facebook peut-il être un critère de recrutement pour un journal ? Ne souriez pas, pour Mercedes Bunz, c'est certainement une donnée à prendre en compte. Elle raconte l'histoire de Paul Lewis, journaliste pour The Guardian qui a enquêté sur la mort d'Ian Tomlinson lors d'une manifestation anti-G8 à Londres. "Grâce à un message posté sur son compte Twitter, Paul a réussi à récupérer, à travers ses followers, les vidéos nécessaires pour comprendre ce qui s'était réellement passé".

 

Néanmoins le recours au crowd-sourcing ne devrait pas être utilisé dans n'importe quelles circonstances, explique Mercedes Bunz. "Il est propice à certaines situations comme un match de football, ou un grand évènement, mais pas vraiment pour un article de fond sur le conflit israëlo-palestinien, par exemple".

 

S’adapter à la demande de transparence : le data-journalisme

 

Les data (données) occupent une place de plus en plus importante dans le journalisme d'aujourd'hui. Avec l'arrivée en masse de documents fuités par des whistleblowers, des sites comme WikiLeaks, le rôle du journaliste est quelque peu remis en question. "On peut se demander si les journalistes devraient plus se lancer dans la programmation informatique, pour s'adapter à la montée en puissance des applications iPhone".

 

Mais Mercedes est consciente que cette idée en refroidit plus d'un. Mais après tout, tempère-t-elle, certains sont très bons en interview, d'autres en vidéo, et d'autres encore en enquête. La programmation informatique ne serait qu'une spécialisation comme une autre. Bien que passé inaperçu, la fana des médias ne peut s'empêcher de conclure : "Certains sont bons à être en avance, d'autre pas".

 

C'est en suivant cet élan massif vers le data-journalisme que The Guardian a ouvert son Data Store. "Vous pouvez aller sur le site, télécharger les données qui vous intéressent, les travailler, et en faire ce que vous voulez". Une source intarissable de données sûres, vérifiées et accessibles à n'importe qui.

 

En conclusion, Internet réinvente le métier de journaliste mais aussi la façon dont la société s'organise. L’exemple le plus récent étant les mouvements de masse en Tunisie ou en Egypte. Mais Internet a aussi mis en valeur l'importance de l'ouverture du journaliste vers son public. "Le journaliste aimerait avoir cette place spéciale qu'il s'imagine dans la société, mais en réalité il est important qu'il accepte de travailler avec son lecteur", assure Mercedes Bunz.

 

Crédit photo: Alexandre Marchand

 

Édité par Hannah Olivennes

 

 

 

Commentaires
Rechercher
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!

3.26 Copyright (C) 2008 Compojoom.com / Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."



 
< Précédent