Accueil arrow Contenus arrow Productions des élèves arrow L’année du Mexique en France aura tenu un mois

L’année du Mexique en France aura tenu un mois

Version imprimable Suggérer par mail

 

olmo_gonzalezAprès trois semaines d’hésitation, l’année du Mexique en France vient d’être annulée par l’Institut français, organisateur de cette manifestation pour le ministère des Affaires étrangères. Symbole de la mort de l'évènement, le site anneedumexique.com vient d'être fermé . 

 

La raison: la brouille diplomatique entre Paris et Mexico à propos de Florence Cassez. La Française, qui a toujours clamé son innocence, a été condamnée en 2009 par la justice mexicaine à 60 ans de prison pour enlèvements.

 

Le 10 février, alors que l’année du Mexique en France vient d’être lancée, le tribunal pénal confirme la condamnation de l'accusée en première instance. Le quai d’Orsay estime alors que Florence Cassez n’a pas «bénéficié d’un procès équitable» et que sa sanction est «un véritable déni de justice». La France demande que la jeune femme soit transférée dans son pays d’origine pour y purger sa peine proche de sa famille. 

 

Quelques jours plus tard, Nicolas Sarkozy décide de faire un geste symbolique: l’année du Mexique en France sera dédiée à Florence Cassez.

Furieux qu’on consacre un évènement culturel à «une personne condamnée par la justice mexicaine», le Mexique décide d’arrêter de financer «le transport des œuvres et des personnes» devant être exposés dans l'hexagone. C’est finalement ce manque crucial de fonds qui a poussé l’Institut français à annuler les quelques 360 manifestations prévues pour l’événement.

 

Quant à Florence Cassez, elle reste au Mexique. La jeune femme vient de déposer une demande de révision de son jugement devant la cours suprême du pays. C’est son dernier recours.

 

Crédit photo: Flickr/CC/olmo gonzalez

Commentaires
Rechercher
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!

3.26 Copyright (C) 2008 Compojoom.com / Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."



 
< Précédent