Accueil arrow Contenus arrow Productions des élèves arrow Net-campagne 2012 : Utiliser Facebook et Twitter pour mobiliser les internautes

Net-campagne 2012 : Utiliser Facebook et Twitter pour mobiliser les internautes

Version imprimable Suggérer par mail
 Article publié le 23-03-2012 par BEAULIEU Laure, YANG Ruolin, PASQUIER Raphaël

debat_chaleureux
Crédit : Jelena Prtoric

 

L'Ecole de Journalisme de Sciences Po accueillait le 22 mars en partenariat avec le CEVIPOF une conférence sur les enjeux de la campagne présidentielle sur le web. Fleur Pellerin (PS), Nicolas Princen (UMP) et Thierry Vedel (CEVIPOF) ont développé leur vision sur l'emploi du web pour mobiliser les électeurs.

 

Fleur Pellerin (responsable de l'économie numérique pour Francois Hollande) et Nicolas Princen (responsable de la campagne web et du programme numérique pour Nicolas Sarkozy) ont beau ne pas travailler pour le même candidat, ils sont d'accord sur un point : les réseaux sociaux tiennent une place centrale dans la campagne sur le web. Thierry Vedel, chercheur au CEVIPOF le confirme : les net-campagnes ne sont pas une nouveauté (il date la première aux municipales de 2001), mais la nouveauté de 2012 est l'émergence de Facebook et de Twitter, qui créent selon lui une sorte de "grande conversation politique".

 

Spécificité de la net-campagne 2012 : Réseaux sociaux et factchecking

 

“Contrairement à 2007, les réseaux sociaux sont aujourd’hui plus importants que les blogueurs”, analyse Nicolas Princen, responsable de la campagne web et du programme numérique pour Nicolas Sarkozy. Le Président est “l’homme le plus populaire des réseaux sociaux” note Nicolas Princen. “Il domine sur Facebook, son nombre de fans est huit fois supérieur à celui de François Hollande”.

 

Fleur Pellerin, responsable de l'économie numérique pour Francois Hollande, rétorque : François Hollande est beaucoup plus suivi que Nicolas Sarkozy sur Twitter”. Et Nicolas Princen de répliquer : “La priorité pour nous c’est Facebook, car la moitié du pays est inscrite sur ce réseau. C’est une plateforme de diffusion incroyable qui nous permet de toucher beaucoup plus de monde que Twitter”.

 

Les deux responsables web s’accordent néanmoins pour dire que les réseaux sociaux sont un excellent moyen pour toucher un public nouveau - plus jeune et plus abstentionniste - et pour faire du crowdsourcing - utiliser les réseaux sociaux comme un outil pour récolter des informations venant d’un grand nombre d’internautes.

 

L’avénement du factchecking est l’autre spécificité de la net-campagne 2012. Cela consiste à vérifier, souvent en direct, les arguments avancés par un candidat. Pour Fleur Pellerin cependant : “Le factchecking présente un danger technocratique. Une vision politique doit pouvoir émerger au-delà de la contrainte technique dans une campagne”, explique-t-elle.

 

Objectif de la net-campagne : communication et mobilisation

 

Pour le responsable web de Nicolas Sarkozy, une net-campagne doit servir à deux choses : communiquer et mobiliser. Pour cela, il faut “faire le lien entre le offline et le online”, note Nicolas Princen. La campagne d’Obama en 2008 est un modèle en la matière : “il a utilisé internet pour mobiliser, pour organiser son appareil de campagne sur le terrain”, explique Thierry Vedel.

 

Mais comment faire concrètement pour passer du offline au online ? Nicolas Princen évoque différents processus : la gamification - amener à une mobilisation plus classique via le jeu sur internet ; l’emailing - envoyer des mails pour mobiliser les sympathisants.

 

Mais ce dont Nicolas Princen est le plus fier ce sont les “bilans géocalisés”. Envoyés par email, ils utilisent les open data et la géolocalisation pour offrir à la personne qui reçoit l’email un bilan du quinquennat de Nicolas Sarkozy en fonction du lieu où elle se trouve.

 

Les candidats et leur net-campagne

 

A noter pour finir : “Nicolas Sarkozy n’a pas Twitter sur son smartphone mais il me demande souvent combien il a de followers”, raconte Nicolas Princen. François Hollande a quant à lui une personne attitrée (Ariane Vincent) pour gérer son compte qui est “sa voix sur Twitter”, précise Fleur Pellerin.

 


Thierry Vedel : "Eviter une démocratie à deux vitesses" par ecoledejournalisme

 

>> Revivez la conférence minute par minute >>

Commentaires
Rechercher
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!

3.26 Copyright (C) 2008 Compojoom.com / Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."



 
< Précédent