Accueil arrow Contenus arrow Productions des élèves arrow Etats-Unis : le bizutage des fraternités dénoncé

Etats-Unis : le bizutage des fraternités dénoncé

Version imprimable Suggérer par mail
 Article publié le 30-03-2012 par Marie TELLING

dartmouth

 

Dartmouth, son campus verdoyant, son histoire centenaire et ses fraternités élitistes. Un cadre de vie idyllique pour les étudiants WASP de la côte est des Etats-Unis. Mais le témoignage d’un élève, publié dans le numéro d’avril du magazine américain Rolling Stone, offre un tout autre tableau. Selon lui, l’université est le théâtre de bizutages dégradants et de beuveries quotidiennes.

 

Les soirées arosées sont souvent considérées comme un passage obligatoire, voire un rite d’initiation, dans la vie d’un étudiant. Mais la réalité décrite par Andrew Lohse, élève de Dartmouth, dans le reportage de Rolling Stone dépasse largement cette image. Consommation quotidienne de drogues dures, alcoolisme, agressions sexuelles et bizutages illégaux sont, selon lui, monnaie courante dans l’université prestigieuse.

Après trois ans passés au sein d’une fraternité du campus, Andrew Lohse décide de révéler les pratiques humiliantes qui y ont cours dans une tribune publiée par “The Dartmouth” en janvier dernier. “J’étais membre d’une fraternité qui demandait aux candidats, pour devenir “frères”, de nager dans une piscine gonflable remplie de vomi, d’urine, de matières fécales, de sperme et de produits alimentaires avariés,” décrit-il.

Le bizutage est inderdit pas la loi dans 44 états américains, y compris le New Hampshire où se situe Dartmouth. Mais les autorités de cette université très conservatrice ont choisi de fermer les yeux sur ces pratiques qui font partie des traditions des fraternités depuis des décennies. Certains espéraient que l’arrivée de Jim Young Kim à la tête de Dartmouth en 2009 bouleverserait cet état de fait. Mais celui qui vient d’être nommé par Barack Obama pour présider la Banque Mondiale a choisi de perpétuer l’omerta autour des bizutages. Peu après sa nomination comme président de l’université, selon Rolling Stone, il aurait affirmé à ce sujet, “l’une des choses que j’ai apprises en tant qu’anthropologue, c’est qu’on ne vient pas changer une culture.”

Après la publication de sa tribune, Andrew Lohse est devenu un vrai paria sur le campus. Suite à ses révélations, le bureau des affaires judiciares de Dartmouth a par ailleurs décidé de le poursuivre pour bizutage. 27 autres membres de la fraternité sont aussi poursuivis, mais Andrew Lohse étant le seul à avoir reconnu les faits, il se pourrait qu’il soit le seul condamné. Un bon moyen de décourager tous les étudiants qui voudraient dénoncer de telles pratiques à l’avenir.

 

Lire le reportage de Rolling Stone.

 

Crédit photo : Flickr/ PaternitéPas 
d'utilisation commercialePartage selon les Conditions Initiales kentquirk

Commentaires
Rechercher
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!

3.26 Copyright (C) 2008 Compojoom.com / Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."



 
< Précédent