Accueil arrow Evénements arrow Master class et conférences arrow Alexandre Brachet, un pionnier du Web documentaire

Alexandre Brachet, un pionnier du Web documentaire

Version imprimable Suggérer par mail
par Les étudiants de première année

 

Alexandre Brachet le jeudi 14 février 2013 à l'Ecole de journalisme de Sciences Po

Crédit photo : Laura Fernandez Rodriguez

 

Proposer des vidéos, des images, des sons et même de la cartographie, le tout, dans le même support: c’est le pari que s’est lancé Alexandre Brachet, invité à donner une master class à l'Ecole de journalisme de Sciences Po jeudi 14 février.

 

«Mon crédo, c’est Internet, mon premier territoire de création». Il était pionnier dans l’univers du Web documentaire quand, il y a 15 ans, il créé Upian, sa société de production. Depuis, il exerce deux métiers au quotidien: celui de concepteur d’interfaces pour des sites d’information tels que Rue89, Slate.fr, ou lesInrocks, pour n’en citer que quelques uns, et celui de Web producteur. Intermédiaire entre les journalistes et les financeurs, il court à la recherche de fonds. «Si les deux premiers tiers de la somme sont relativement facile à trouver, c'est le dernier tiers qui pose problème». Ses partenaires? Le Centre National du Cinéma, Arte.tv (pour qui il produit la plupart des Web documentaires) ou d'autres acteurs de l'industrie de l'information, comme France Télévisions, avec qui il a réalisé Manipulations sur l'affaire Clearstream.

 

>> Revivre le live >>  

 

Pour lui, un «Web doc», c’est avant tout un documentaire qui «doit rendre compte du réel» mais toujours à travers un point de vue d’auteur, «avec de la subjectivité», insiste . Fondamentalement lié à Internet, l’interface y est cruciale et primordiale. «Elle porte une part du récit», continue-t-il, et doit en apporter une plus-value.

 

Cette spécificité du Web documentaire, il l’a perçue dès 2005 en montant sa première production La Cité des mortes, un programme interactif qui plonge les spectateurs au coeur de la ville mexicaine de Ciudad Juarez, «capitale mondiale du féminicide». Alexandre Brachet explique avoir voulu «créer une nouvelle forme éditoriale», en liant à la fois texte, vidéos, photos et cartes.

 

Trois ans plus tard, il veut «suivre en temps réel six personnes à Gaza et six personnes à Sderot» pendant quarante jours. Le tournage de Gaza / Sderot s’achève trois jours avant le lancement de l’opération Plomb durci par Israël, lorsque, pour mettre fin aux tirs de rocket Qassam sur la ville de Sderto, l'armée israélienne bombarde la bande de Gaza pendant... trois semaines. Le Web documentaire devient ici une pièce d'Histoire. L’internaute peut choisir de naviguer entre les deux villes, selon «le temps, les personnes ou les thèmes». En coulisses, des milliers de pages codées et des centaines de milliers d’euros dépensés pour un résultat remarquable.

 

En 2012, Alexandre Brachet et sa bande nous plongent dans la violence des gang du Guatemala avec Alma, une enfant de la violence. Accompagné de photos, dessins et musique, les confessions de cette jeune guatémaltèque, criminelle repentie, fascinent comme elles perturbent. Pour plus de sensations, Alexandre Brachet choisit de l’adapter sur tablette tactile. «Pouvoir toucher le personnage lui-même, c'est extrêmement fort, une nouvelle expérience spectateur». Le succès est au rendez-vous. Alors qu’en 2007, le meilleur «score» journalier pour Thanatorama est de 1.100 visiteurs, Alma, une enfant de la violence passe la barre des 60.000 visiteurs à son meilleur jour.

 

Du point de vue de l'editing, Alma, une enfant de la violence est aussi une petite révolution: chacun peut désormais s'approprier l’œuvre en l'intégrant directement sur son site, comme nous l'avons fait ci-dessous. L'audience est comptabilisée à la fois par Upian et par le site qui héberge les "embed". Alexandre Brachet a flairé la bonne idée. 42% du trafic sur le Web documentaire est généré par les sites qui l'ont "embedé" sur leurs pages. "La vraie révolution d'Internet, c'est l'hypertexte", insiste-t-il.


 

 

Commentaires
Rechercher
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!

3.26 Copyright (C) 2008 Compojoom.com / Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."



 
< Précédent