Accueil arrow Contenus arrow Productions des élèves arrow Christian Jacob élu président du groupe UMP à l’Assemblée

Christian Jacob élu président du groupe UMP à l’Assemblée

Version imprimable Suggérer par mail
par COLLADO Jérémy

000_par3617910_copie

 

Le député de Seine-et-Marne a succédé ce mardi à Jean-François Copé à la tête des députés UMP à l’Assemblée nationale. Il était opposé au second tour à Jean Leonetti, ex-UDF.

 

Cette élection confirme le retour en grâce des ex-RPR après le remaniement et l’influence croissante de Jean-François Copé au sein de l’appareil du parti.

 

Retour sur ce scrutin aux allures de victoire personnelle pour le nouveau patron de l'UMP.

 

Edité par Mathieu Dehlinger.

Crédit photo: AFP/Boris Horvat

 

Cinq voix. C’est ce qui avait manqué au bras droit du nouveau patron de l’UMP pour l’emporter au premier tour. Il avait largement devancé le député des Alpes-Maritimes, recueillant 151 voix. Au second tour de scrutin, il a obtenu 182 voix contre 109 pour son rival.

 

Une victoire écrasante qui n’est qu’une demi-surprise, même si le scrutin a été parasité par les critiques contre le retour des ex-RPR aux places stratégiques du gouvernement. Jean-François Copé a félicité son successeur, en appelant à une “union sacrée”, avec en ligne de mire la Présidentielle de 2012. Cette élection ravive en effet les dissensions entre les différentes sensibilités de la majorité, les centristes et les libéraux étant écartés des maroquins ministériels. En guise de discours, Christian Jacob a lancé “Tous au travail".

 

Une victoire pour Jean-François Copé

Depuis la prise de fonction de Jean-François Copé à la tête des députés en 2007, le fauteuil de chef de file de la majorité à l’Assemblée est devenu le thermomètre de l’UMP. Car la victoire de Christian Jacob est aussi celle de son ami député-maire de Meaux, Jean-François Copé, dont il est le fidèle lieutenant. Dans la perspective de l’échéance présidentielle de 2017, pour laquelle le patron de l’UMP n’a pas caché ses ambitions, garder la main sur les députés de l’Assemblée est un coup double. Après avoir obtenu ce qu’il voulait en accord avec Nicolas Sarkozy, le poste de secrétaire général de l'UMP, il arrache le contrôle du groupe au détriment du candidat préféré de l’Elysée. L’élection de Jean Leonetti aurait pu être un contrepoids au pouvoir grandissant des "copéistes", issus par ailleurs du parti chiraquien.

La situation actuelle confère à Jean-François Copé un statut de Premier Ministre bis, pilotant indirectement les députés et traitant directement avec l’Elysée. La “coproduction législative” entre l’Assemblée et le gouvernement chère à celui qui occupait la place de Christian Jacob depuis 2007 peut continuer.

 

Est-ce une mauvaise nouvelle pour Nicolas Sarkozy? S’il affichait sa neutralité sur l’issue du scrutin, en assurant qu’il fallait laisser faire les parlementaires, sa volonté de ressouder l’UMP se brise sur une arithmétique simple: sur les 314 députés UMP, 200 sont issus du parti crée par Jacques Chirac, et ont quasiment tous accordé leur suffrage au député-maire de Provins, “chiraco-chiraquien” pure souche

 

Une élection qui ne doit pas tout aux stratégies politiques

Député-maire de Provins depuis 1995, successivement ministre délégué à la Famille, aux PME et enfin ministre de la Fonction publique du gouvernement Raffarin, Christian Jacob n’a pas seulement profité du jeu de chaises musicales en cours à l’UMP. C’est aussi pour son aptitude au consensus qu’il a été désigné par ses pairs. Agriculteur de formation, il a présidé le Centre national des jeunes agriculteurs (CNJA), avant d’entamer une carrière politique au service de Jacques Chirac. Élu de terrain, il est habitué des campagnes et des négociations nécessaires au compromis.

A peine élu, il a tenu à rassurer sur ses intentions. "Je veux que chacun ait à l'esprit que ce qui nous anime maintenant, c'est de travailler ensemble", a-t-il expliqué. Son amitié forte avec Jean-François Copé participe d’une stratégie de prise de pouvoir de l’UMP, mais les députés ont salué les compétences d’un élu qui saura arbitrer les éventuelles divisions, nées de l’éviction des centristes et des libéraux. En chef de file, le nouveau président du groupe aura la charge de guider la majorité et de l’orienter vers des positions communes. Une tâche en accord avec la personnalité de Christian Jacob. Encore une fois, le secrétaire général de l’UMP a lancé un appel à “l’union sacrée”, exhortant chacun à travailler en communion.

Commentaires
Rechercher
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!

3.26 Copyright (C) 2008 Compojoom.com / Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."



 
< Précédent