Suite101.fr, la logique du clic

 Article publié le 22-07-2010 par ANTHEAUME Alice

 

Capture d'écran de la page d'accueil de Suite101.fr

«Plus de 90% de notre trafic provient de Google, seuls 3% de nos visiteurs passent par notre page d’accueil». Suite101.fr, qui se présente comme «un magazine en ligne», est un site «Google-dépendant». C’est-à-dire un site qui a bâti son modèle sur les publicités contextuelles de Google, les Google Adsenses, et dont l’édition est pensée pour assurer le référencement dans Google.

 

Lancé en septembre 2009, Suite101.fr est une déclinaison d’un concept né au Canada, sur un site «grand frère» en .com (30 millions de visiteurs uniques mensuels). L’idée est d’encourager un très grand nombre d’internautes à produire des contenus en ligne. Actuellement, 1.400 auteurs francophones ont franchi les étapes de sélection (orthographe, qualités d’écriture, légitimité, et régularité de leur production), et 500 d’entre eux sont actifs – c’est-à-dire qu’ils ont publié un article dans les 90 derniers jours.

 

>> Lire la suite sur W.I.P. (Work In Progress) >>



 

«C'est ici qu'est née l'idée de créer Megalopolis»


Couverture de Mégalopolis numéro 2

 

Jérôme Lefilliâtre, diplômé 2009

 

 

«C'est à l'Ecole de journalisme de Sciences Po que l'idée de créer Megalopolis est née. L'un des enseignants, Renaud Leblond, nous a accompagnés dès le début, en nous faisant rencontrer les bons interlocuteurs et en nous donnant les conseils qui nous ont permis de nous familiariser avec tout ce qu'implique la création d'un magazine: les questions éditoriales, la rédaction en chef, la maquette, mais aussi l'impression, la distribution, la commercialisation, etc.

 

Les cours magistraux suivis pendant la première année à l'école sur l'économie de la presse m'ont aussi beaucoup aidé pour monter Megalopolis. Aujourd'hui encore, je sollicite très souvent l'équipe dirigeante de l'école et les enseignants, pour le développement de mon projet.»



 

«J'ai toujours rêvé de développer un projet éditorial»


snatch

 

Raphaël Malkin, promotion 2010

 

 

«Lecteur invétéré de la presse culturelle hexagonale, des Inrocks à Technikart en passant par Chronic’art, j’ai toujours rêvé de développer un projet éditorial coulant dans la même veine.


A un détail près: passionné d’écriture journalistique à la première personne, adepte du style que certains appellent "gonzo", je voulais faire de ce projet un support pour contenus incisifs et sincères. Ce que je peinais à retrouver dans mes magazines de références. Avec une bande d’amis, dont Agnes Bun, Nina Montané, Ozal Emier et Mélissa Bounoua de l’Ecole de journalisme de Sciences Po, nous avons donc pris notre temps (près d’un an et demi) pour tracer les contours d’une publication correspondant à nos aspirations. Avec un titre tout trouvé: Snatch. Comme le film porté par Brad Pitt. Un film générationnel, tranchant et loufoque qui colle parfaitement à l’esprit de notre magazine.


Néo-journalistes, néo-photographes, nous avons monté une petite équipe rédactionnelle qui travaille bénévolement à la confection du magazine sur une base bimestrielle. Cinéma, musique, mode, scène mais aussi société, Snatch est un magazine dense, que l’on espère complet. Quelques lecteurs nous ont donné – peut être trop rapidement – l’étiquette d’enfants de la génération Actuel et Nulle Part Ailleurs. Un honneur pour nous qui voulons faire du journalisme original et décalé sans oublier d’être pertinent.


Nous sortons aujourd’hui notre troisième numéro. Financés à 100% par des fonds propres, nous nous battons pour séduire les annonceurs afin de pérenniser notre petite entreprise. Qui vivra verra!» 



 
<< Début < Précédente 91 92 93 94 95 96 97 98 Suivante > Fin >>

Résultats 1184 - 1196 sur 1268