Les paris en ligne, un vademecum

 Article publié le 16-05-2009 par LANSON Sophie

Vous faites peut-être déjà partie des trois millions de Français qui parient en ligne... Dans ce cas, ce post n'est pas pour vous. Sauf si dans la jungle des sites de paris, vous cherchez la perle rare (ou comment utiliser des méthodes de sites de paris pour faire lire son article).
Lire la suite...


 

Le dopage à la coke, de Maradona à Gasquet

 Article publié le 11-05-2009 par POULLENNEC Solenn

EPO, Amphétamine, Salbutamol sont des produits dopants bien connus. Mais la cocaïne fait elle-aussi

épisodiquement la Une des journaux sportifs comme stimulant à proscrire.

 

Cette fois-ci c'est Richard Gasquet, jeune prodige du tennis français qui a confirmé dimanche avoir été

contrôlé positif à la cocaïne lors du tournoi de Miami pour lequel il avait déclaré forfait.

 

Retour en images sur les précédents les plus célèbres.  

 

 

 



 

Gasquet prépare sa défense

 Article publié le 11-05-2009 par POULLENNEC Solenn

richard_gasquet

 

 Richard Gasquet est sur la défensive. L’ex N°1 français a été contrôlé positif à la cocaïne le 28 mars dernier, peu de temps après avoir déclaré forfait pour le tournoi de Miami.  D'ores et déjà, la Fédération Internationale de Tennis a suspendu provisoirement le joueur, ce qui pourrait le priver de Roland-Garros et Wimbledon.

 

"Je réunis actuellement les preuves de mon innocence", a déclaré Richard Gasquet  dans un communiqué. Aidé par ses avocats de la Lagardère Team, le joueur de 22 ans devrait jouer sur les subtilités des règles internationales pour éviter de plus lourdes sanctions.

 

Selon le Code de l’Agence Mondiale Antidopage, un joueur qui a consommé de la cocaïne risque deux ans de prison, en l’absence de circonstances aggravantes. La cocaïne est en effet considéré comme un stimulant, au sein de la famille des substances interdites.

 

 

 

substances_interdites

 

  Or la cocaïne n’est pas interdite "hors-compétition", car ses effets sont immédiats. Richard Gasquet devrait donc s’appliquer à prouver qu’il n’était pas en compétition lorsqu'il a pris de la cocaïne, puisqu’il avait déclaré forfait  avant le tournoi à cause d’une blessure.

 

Une telle défense semble pourtant difficile à tenir. Le code de lutte contre le dopage de la Fédération Internationale de Tennis souligne que les joueurs qui se sont retirés d’un tournoi sont toujours considérés comme étant « en compétition ».

 

in_competition

 

Richard Gasquet n’a plus qu’à essayer de prouver qu'il ne voulait pas améliorer ses performances sportives en se droguant, pour annuler ou amoindrir les sanctions. Le code de la FIT (article 10) exige alors du joueur qu’il démontre comment la substance interdite s’est retrouvée dans son organisme. 

 

Le Français devrait soutenir qu’il n’a pris de la cocaïne qu’à titre exceptionnel, la veille de son contrôle, pour s’amuser lors d’une soirée en discothèque. Il a déjà fait faire des tests capillaires par un laboratoire indépendant qui prouveraient qu’il n’est pas un consommateur régulier.

 

Enfin, Gasquet pourrait compter sur ses collègues pour appuyer son témoignage. "Ça me surprend énormément parce que ça ne lui correspond pas", a déjà déclaré sur Europe 1, son camarade de la Lagardère Team, Fabrice Santoro.

 

 

  

Et la Fédération Français de Tennis de renchérir dans un communiqué à propos du dopage : "Cette information est très surprenante au regard de la personnalité de Richard Gasquet ".

 

 

 



 
<< Début < Précédente 91 92 93 94 95 96 97 98 99 Suivante > Fin >>

Résultats 1249 - 1261 sur 1282