Microsoft a un nouveau boss, et il est indien

par GUILHAMON Alice

Changement de direction chez Microsoft. Cinq mois après l’annonce du départ de Steve Ballmer, l’entreprise a enfin nommé son successeur. L’arrivée de Satya Nadella à la tête du géant de l’informatique n’est pas reçu de la même manière par tous les médias.

 

Microsoft a nommé Satya Nadella, Américain d’origine indienne, comme nouveau PDG le 4 février. Le successeur de Steve Ballmer travaille pour Microsoft depuis 22 ans. Né dans le sud de l’Inde, il est parti aux États-Unis faire ses études et est entré dans l’entreprise après avoir obtenu un MBA à l’université de Chicago.

Les médias indiens voient en lui le symbole du rayonnement de l’Inde. Du côté américain en revanche, l’accent est mis sur les changements que cela implique pour la multinationale et l’emblématique Bill Gates.

 

 

Capture d’écran du site de Times of India


Le quotidien national Times Of India consacre ainsi à Satya Nadella tout un dossier.

Une palanquée d’articles sont proposés, retraçant tour à tour le parcours professionnel de l’homme, ses défis futurs à la tête de Microsoft, ou encore la lettre qu’il a adressée en tant que nouveau PDG à ses employés. Nadella est décrit sous toutes ses coutures. Au détour d’un article, on apprend par exemple que le génie de l’informatique a aussi une passion pour la course à pied, le cricket et les pâtisseries. Enfin, une conséquente galerie de photos rappelle que Satya Nadella n’est pas le seul leader d’origine indienne en activité aujourd’hui.


L’annonce de son arrivée à la tête de Microsoft occupe une grande place dans les médias indiens. Une longue vidéo postée sur The Economic Times, intitule la nouvelle “Big Story” avant de montrer une succession d’intervenants discutant de l’impact de l’évènement pour l’Inde.

 

 

 

 

Bill Gates se retire


La nouvelle n’est pas tout à fait accueillie de la même manière aux États-Unis. Dans la presse américaine, les articles sont nombreux à annoncer le changement de PDG chez Microsoft, mais ils sont peu à mettre l’accent sur l’ascension de Satya Nadella.

 

Place est davantage faite à Bill Gates et son nouveau rôle dans la multinationale. The New York Times titre donc “Microsoft names new chief, Gates becomes adviser” (“ Microsoft nomme un nouveau PDG, Gates devient conseiller”). Pour The Daily Beast, l’important est de prévenir que “Bill Gates est de retour!”, puisque se retirant du conseil d’administration, il pourra consacrer plus de temps à l’entreprise. Enfin, selon The Washington Post, il est crucial pour l’Amérique de continuer à accueillir des immigrés comme Satya Nadella:



Capture d’écran du site de The Washington post

 



 

Génocide au Rwanda: premier procès historique en France

par GUILHAMON Alice

Vingt ans après le génocide rwandais, les tribunaux français jugent pour la première fois un ancien militaire rwandais, Pascal Simbikangwa, pour complicité de crimes contre l’humanité.

 


 

 

C’est la première fois que s’ouvre en France le procès d’un ressortissant rwandais accusé de complicité de génocide. L’ancien officier Pascal Simbikangwa comparaît devant la Cour d’assises de Paris à partir de ce mardi 4 février. Il est accusé d’avoir fourni des armes aux miliciens et supervisé des barrages qu’ils avaient dressés, afin d’identifier les membres de la communauté tutsie, ensuite exterminés.


C’est à coups de machettes que les Tutsis ont été massacrés entre avril et juillet 1994 au Rwanda. Les agissements des génocidaires Hutus étaient largement encouragés par les propos propagandistes diffusés par la tristement célèbre Radio des Mille Collines, à laquelle participait notamment Pascal Simbikangwa. Il est mis en examen pour «avoir contribué, en connaissance de cause, à la pratique massive et systématique d'exécutions sommaires et autres actes inhumains ainsi qu'au génocide». Les massacres perpétrés au Rwanda ont fait entre 800.000 et un million de morts en cent jours, d’avril à juillet 1994.


Un homme “qui faisait peur”


Au pied de la colline de Kesho aujourd’hui reboisée, où environ 1.400 Tutsis ont été assassinés le 8 avril 1994, des rescapés se souviennent de Pascal Simbikangwa: “c’était quelqu’un qui faisait peur”.

 

 

 

La France a été condamnée par la Cour européenne des droits de l’Homme en 2004 pour la lenteur de ses procédures judiciaires à l’encontre des Rwandais, mis en cause pour crime contre l’humanité et résidant sur le sol français. Le procès de Pascal Simbikangwa est donc une première historique. Vingt ans après le génocide, les débats seront filmés pour en conserver une trace et le public est attendu si nombreux aux audiences, que le tout sera retransmis dans une salle prévue à cet effet.


Les tribunaux français font pour cette procédure exceptionnelle recours à leurs compétences extraterritoriales. La situation le permet puisque Pascal Simbikangwa se trouve en France. Il s’est rendu complice d’une infraction relevant habituellement de la compétence du TPIR (Tribunal Pénal International pour le Rwanda), mais étant détenu dans l’hexagone, l’ex directeur du service des renseignements rwandais, peut comparaître devant la justice française. Le procès doit durer six à huit semaines.

 



 

Dialoguer sur Skype avec les morts

 Article publié le 04-02-2014

C’est le pari fou d’une start-up américaine lancée il y a 4 jours. Eterni.me propose aux utilisateurs de scanner leur vie sociale virtuelle pour créer un avatar capable de discuter avec leurs proches après leur mort.

 

 

  

A l’aide de vos mots de passe, Eterni.me récolte emails, posts Facebook, et photos. Un algorithme compile ensuite ces données et produit un “vous” virtuel capable de partager des souvenirs, imiter votre manière de s’exprimer afin de dialoguer avec ce fils qui aurait tant voulu mieux vous connaître.


Le projet est né au sein d’un programme du très sérieux Massachussets Institute of Technology de Boston. Pour l’instant, il utilise des technologies déjà existantes et ne propose qu’une version d’essai. Mais les réactions n’ont pas tardé : en l’espace de 24h, c’est près de 1 300 demandes qui ont déferlé sur le site.


L’équipe souhaite rapidement mettre au point une version publique. Les internautes n’ont cependant pas tous été unanimes. Plusieurs ont exprimé leur inquiétude face à un tel projet. Lisa D’Ambrosio résume leur crainte sur Facebook:



Plus d’informations avec cet article de Boston.com.


Et vous, qu’en pensez-vous ? Aimeriez-vous discuter avec les morts ?

Lire la suite...


 
<< Début < Précédente 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 Suivante > Fin >>

Résultats 222 - 234 sur 1219