Homosexualité : le pape François prône la "miséricorde"

 Article publié le 20-09-2013 par BION Chloé

 

pape

  Le pape François Ier le 16 mars 2013, quelques jours après son élection.

Crédit Photo : Flick/CC/Catholic Church (England and Wales)

 

Un pas de plus vers les homosexuels vient d'être effectué par le pape. La première interview du nouveau locataire du Vatican a été réalisée au mois d'août par la Civilta Cattolica et publiée jeudi 19 septembre dans seize revues jésuites, dont la revue Etudes pour la France. Il fait part de son opinion sur plusieurs sujets de société et nuance la position de l'Eglise catholique sur l'homosexualité. Ce n'est pas la première fois qu'il s'exprime sur ce sujet, il avait déja étonné en juillet en appelant à ne pas marginaliser les homosexuels.

 

Vers une Eglise plus tolérante

Le pape prône l'ouverture de l'Eglise catholique à ceux qu'il qualifie de "blessés sociaux" : les homosexuels, mais aussi les divorcés et les femmes ayant pratiqué une interruption volontaire de grossesse. Il estime que les homosexuels doivent être "accompagnés" avec "miséricorde". Selon lui, il est important de "trouver un nouvel équilibre, faute de quoi l'édifice moral de l'Eglise risque de s'effondrer comme un château de cartes". Le pape explique la nécessité de "toujours considérer la personne" et précise que "Dieu dans la création nous a rendus libres : l'ingérence spirituelle dans la vie des personnes n'est pas possible". Il revient sur la fameuse phrase prononcée dans l'avion de retour de Rio de Janeiro :  "Qui suis-je pour juger?". En effet, selon lui, "si une personne homosexuelle est de bonne volonté et qu'elle est en recherche de Dieu, je ne suis personne pour la juger".

 

Il s'agit d'un pas important vers l'ouverture de l'Eglise catholique envers les homosexuels. Au micro de RTL, Romain, jeune homosexuel de 22 ans, se félicite de l'évolution du discours de l'Eglise catholique et considère que c'est un "progrès par rapport à ce qui a pu être dit avant" même si "ce n'est pas encore tout à fait ça". Cécile, catholique nantaise divorcée interrogée par Europe 1 reste "sceptique" mais estime que si ce pape "ouvre à l'espérance, c'est merveilleux".

 

>>Lire la suite sur lefigaro.fr >>

 



 

Un sans-abri rend 42 000 dollars, le web le récompense

 Article publié le 20-09-2013 par BERTRAND Guillaume

 

En 2012 à Boston, près de 7 000 personnes étaient sans abri
En 2012 à Boston, près de 7 000 personnes étaient sans abri.
Crédit photo : Flickr/CC/jronaldlee

 

 

 

La parabole biblique du "bon samaritain" a trouvé son héritier. A Boston, un sans-abri du nom de Glen James a rendu un sac à dos contenant 42 000 dollars, soit 31 000 euros.

 

 

Un sans-abri pieux et honnête

Glen James a distribué le courrier pendant 13 ans dans un palais de justice, mais il a perdu son emploi après des ennuis de santé. Âgé de 54 ans et SDF depuis 2005, Glen fait la manche dans un centre commercial lorsqu'il trouve un sac noir abandonné. C'est ainsi qu'il découvre 2 400 dollars en cash et 40 000 dollars en chèques de voyage. De nature très religieuse, il déclare que "Dieu a toujours très bien pris soin" de lui. Il décide alors de contacter la police immédiatement.

 

 

Une bonne action récompensée par tous 

Si le SDF a été récompensé par la police de Boston, et son chef Ed Davis pour son "honnêteté", les internautes, qui n'ont pas trouvé cette simple citation suffisante, ont décidé de se mobiliser. Une récolte de fonds a été mise en place par Ethan Whittington, un comptable de 27 ans, via le site gofundme.com. Cet appel aux dons a déjà permis de rapporter à l'honnête sans abri plus de 124 000 dollars, avec près de 5 000 contributions en trois jours. L'objectif final est d'attendre la somme de 250 000 dollars.

 

D'autres contributions, de diverses natures ont déjà été faites à Glen James, entre messages de soutien et d'admiration. Ici, la proposition d'un internaute :

 "M. James, si vous avez l’intention de venir à Paris, je vous laisserai avec plaisir mon appartement"

 

 

Un internaute propose à Glen de venir séjourner à Paris

 

 

 

 

Glen James, qui s’exprime avec difficulté, s’est contenté de dire qu’il n’aurait jamais même pris «un penny» du sac à dos. Et il a remercié Ethan Whittington «pour sa grande gentillesse». Il a depuis ouvert un compte en banque.

 

Cette vidéo montre le visage de Glen James qui reçoit une citation de la police de Boston : 

 

 



 

Aux Etats-Unis, des professeurs armés

 Article publié le 19-09-2013 par BERTRAND Guillaume

 

 

Le Houston Gun Show aux Etats-Unis
La National Rifle Association est le plus puissant des lobbys d'armes aux Etats Unis
Crédit photo : Flickr/CC/M Glasgow
 

Les professeurs américains seront bientôt de plus en plus nombreux à enseigner en étant armés. Avec la tuerie de Washington le lundi 16 septembre, un article du Point confirme cette tendance.

 

Les américains favorables à un contrôle plus strict

L'idée qui avait germé dans les esprits après la tuerie de Newton en décembre 2012 s'était déjà concrétisée en Dakota du Sud où les enseignants étaient autorisés à venir armés. Ce massacre, qui avait fait 26 morts dans une école, avait alors relancé le débat sur le port d'armes. Selon un sondage publié après cette tuerie par le quotidien USA Today, 58% des Américains se disaient en faveur de lois plus strictes sur la vente des armes. Aujourd'hui, neuf Américains sur dix seraient  favorables à un contrôle plus strict des antécédents avant que l'autorisation de porter une arme ne soit donnée, selon un sondage Washington Post-ABC News paru en avril de cette année.

 

Des professeurs formés au tir

Malgré ces sondages, les lobbys des armes à feu trouvent une audience auprès de professeurs, effrayés par une éventuelle attaque. En effet, en Ohio, une société pro-armement, Buckeye Firearms, a lancé un programme de formation pour les professeurs, comme au Texas. Dans l'Arkansas, une formation est dispensée aux enseignants, destinée à leur apprendre à se servir d'une arme.

 

Ici, dans l'Utah, l'un des Etats autorisant le port d'armes dans les établissements scolaires, une formation vise à permettre aux enseignants d'obtenir un port d'armes, après le drame de Newton : 

 

 


L'appui de la NRA à l'armement des enseignants

Soutenue par la National Rifle Association (NRA), qui défend le droit de porter une arme, cette mesure séduit de nombreux enseignants puisque les candidatures ne cessent d'augmenter. « La seule chose qui arrête un mauvais gars avec un pistolet, c’est un type gentil avec un pistolet », avait déclaré Wayne La Pierre, le patron de la NRA une semaine après la tuerie de Newton. L'intérêt de la NRA est de faire valoir ses intérêts, face à la volonté présidentielle de limiter la prolifération des armes à feu.

 

Le danger des armes à l'école suscite la controverse

Cet engouement ne fait pas l'unanimité parmi les professeurs, notamment à cause de l'argent qu'il mobilise et des dangers que cela peut provoquer dans les écoles. Plusieurs accidents ont déjà eu lieu et confortent les détracteurs dans leurs inquiétudes. Au Texas, un employé d'une école a accidentellement tiré une balle sur lui en manipulant son revolver lors d'un exercice et à New York, un officier de police a tiré par accident dans le couloir d'un lycée. 

 

Près de trente États ont souhaité légaliser le port d'armes dans les écoles, selon la National Conference of State Legislatures. Pour le moment, seuls sept d'entre eux ont adopté cette mesure.

 

 

 



 
<< Début < Précédente 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 Suivante > Fin >>

Résultats 222 - 234 sur 1134