Crash du Boeing MH370 : beaucoup de questions restent sans réponse

 Article publié le 25-03-2014 par RODINEAU Claire

 

malaysia_claire

 

 

 

Les recherches n’ont pas permis de retrouver la carcasse du Boeing de Malaysia Airlines

Crédit photo : Flickr Creative Commons /  DVIDSHUB

 

 

Le premier ministre malaisien a déclaré lundi dans la soirée que le Boeing MH370 de Malaysia Airlines s’était “selon toute vraisemblance” abîmé au sud de l’Océan indien, ne laissant aucun survivant. L’annonce a mis un terme à dix sept jours d’attente pour les familles des victimes. Pourtant, elle laisse de nombreuses questions en suspens.

 

 

Lire la suite...


 

La privatisation du stade Vélodrome en ballotage défavorable

par RIVOIRE Martin

Patrick Mennucci, candidat PS à la mairie de Marseille (Bouches-du-Rhône), a subi un revers ce dimanche 23 mars 2014 lors du premier tour des municipales. Il est devancé par Stéphane Ravier (FN) crédité de 23,16% des voix et le maire sortant UMP, Jean-Claude Gaudin, qui arrive en tête du premier tour avec 37,64% des voix.

 

Si la candidature de Mennucci tombe à l'eau, c'est aussi le cas de son projet de privatisation du stade Vélodrome. Tous les candidats à Marseille ont leur idée sur l'avenir du stade.

 

stade_velodrome_martin_rivoire_2

 

Le Vélodrome en rénovation, un stade au coeur des municipales. Crédit photo: CC/Google image / wikipedia.org

 

   

Jean-Claude Gaudin : un loyer modulable en fonction des résultats

 

Économiquement, la rénovation du stade coute cher à la commune de Marseille: 12 millions d’euros par an pendant 32 ans à verser au promoteur Arema, dans le cadre du partenariat public privé. Mais c’est bien sur le plan sentimental que ce stade s’est imposé dans le débat.

 

Jean Claude Gaudin promet, s’il est réélu, de ne pas vendre le Stade Vélodrome, qui «appartient aux Marseillais, comme la Bonne-Mère, le Pharo et le Vieux-Port», a-t-il dit à L’Equipe (édition abonnés).

 

L’Olympique de Marseille devra s’acquitter d’un loyer comme c’est le cas actuellement (8 millions d’euros au printemps 2013). Mais son montant dépendra de son classement. Un dispositif qui correspond à la demande du président Vincent Labrune qui veut verser un loyer modulable à la municipalité.

 

Rappelons que le stade Vélodrome est une source de dépense importante dans une ville en situation économique délicate. Selon une étude de l’institut Montaigne publiée en décembre dernier, Marseille est endetté à hauteur de 2.103 euros par habitant, soit presque le double de la moyenne des dix plus grandes villes françaises qui est de 1087 euros. (N.B. Le record d'endettement revient à la ville de Levallois. Il est évalué à 12412 euros par habitant).

 

Patrick Mennucci : des repreneurs potentiels

 

Le socialiste Patrick Mennucci souhaite, lui, la vente du club avec son stade. «Si je suis élu, dit-il, je ferais voter par le conseil municipal une délibération permettant le vente dès le mois de mai. Il ne peut y avoir qu’un seul acheteur: l’OM. Soit dans la configuration actuelle avec Margarita Louis-Dreyfus (propriétaire du club), soit dans une autre configuration si l’équipe Louis Dreyfus souhaite vendre le club».

 

Le candidat PS assure avoir été contacté par des investisseurs depuis qu’il a annoncé son intention de vendre le club. «Je dispose de plusieurs contacts. Des investisseurs étrangers qui ne souhaitent pas seulement acquérir le stade mais le stade et le club», assure-t-il. En conservant leur identité secrète «pour ne pas semer la zizanie», ajoute-il.

 

 


OM: Mennucci confirme l'existence de repreneurs... par FootballClubdeMarseille

 

Le candidat FN s’oppose à une vente

Interrogé sur son projet pour le Vélodrome, Stéphane Ravier (FN) lâche dans une interview donnée à 20minutes.fr: «Touche pas à notre Vélodrome, Patrick! Non, je n’y suis pas favorable. Le Vélodrome fait partie du patrimoine des Marseillais, mais Patrick Mennucci ne peut pas le comprendre, il n’aime ni l’OM, ni le foot!».

 



 

Ces villes où le Front national se place en tête

 Article publié le 24-03-2014 par PEYRONNET Charlotte

 

marine_le_pen
La présidente du Front national, Marine Le Pen a un meeting en 2012
Crédit photo: Flickr/CC/blandinelc

 

Le FN affichait déjà son ambition avant les municipales: remporter une quinzaine de villes et faire élire plus de 1.000 conseillers municipaux. Dimanche, le parti de Marine Le Pen, qui présentait environ 600 listes à travers la France, avait de quoi se réjouir, plusieurs candidats frontistes sont en effet arrivés en tête au premier tour. Elu dès le premier tour dans sa ville laboratoire à Hénin-Beaumont, et en tête dans des villes comme Avignon et Béziers, le FN s'impose bel et bien comme la troisième force politique du pays. Que ce soit Perpignan, Orange, Béziers ou Forbach, ces villes ont elles des points communs qui justifieraient un tel ralliement au FN?

 

Des villes à la dette bien au dessus de la moyenne

 

Toutes les villes dans lesquelles le FN se place en tête à l'issu du premier tour des élections municipales ont un point commun, une dette par habitant deux fois supérieure à la moyenne nationale, d'après les chiffres de l'Insee. Au 31 décembre 2012, la moyenne de l'encours de la dette par habitant était de 604 euros par habitant en France, l'encours de la dette représentant la somme que la commune doit rembourser aux banques. Les 15 villes dans lesquelles le FN se place en tête ont elles un encours de la dette par habitant en moyenne de 1.355 euros fin décembre 2012... soit deux fois plus que la moyenne nationale.

 

 

 

Un taux de chômage deux fois supérieur à la moyenne

 

Les villes qui se sont tournées vers le FN dimanche ont également un autre point commun, un taux de chômage deux fois supérieur à l'ensemble des villes françaises. S'élevant à 9,1% en 2010, il était de 18,3% à Hénin-Beaumont, ville où Steeve Briois l'emporte dès le premier tour, ou de 21,3% à Béziers, là où Robert Ménard remporte 44,7% des voix. Le taux de chômage des 15 villes où le FN se place en tête s'élève, lui, à 18,06% en 2010. 

 

A Paris, le parti de Marine Le Pen réalise un faible score, recueillant 6,1% des voix, selon des estimations IFOP.

 


 

Les chiffres de l'insécurité en France sont ceux de la société OpenDataSoft publiés par l'Express en novembre dernier. Ceux du chômage, de la démographie et de la dette ont été publiés par le Journal du net d'après des chiffres de l'Insee.



 
<< Début < Précédente 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 Suivante > Fin >>

Résultats 222 - 234 sur 1265